Portrait d'un secteur

Imprimer
Historiquement les soins apportés aux enfants, aux personnes âgées ou aux malades relèvent d’un travail « entrepris par affection ou par sens des responsabilités envers autrui, sans en attendre de rétribution financière immédiate » (Folbre, 1997, p. 139). Ce travail a été accompli principalement par les femmes, en charge des problèmes de dépendance, dus par exemple à l’âge (Pateman, 1988).

L’expansion du travail féminin a bousculé un peu partout en Europe la façon de consommer et de vivre en famille. De même, l’augmentation de la proportion des ménages à une personne, l’accroissement du nombre de familles monoparentales et la place nouvelle du troisième âge ont des impacts directs en matière de services. Les demandes s’intensifient pour les services de « soins » et se diversifient à travers une nouvelle vague d’externalisation concernant des services exercés au domicile des personnes (ménage, repassage, préparation ou livraison de repas, maintenance, petit entretien, jardinage…) et/ou en collectivité.

En réponse aux nouveaux besoins liés aux changements démographiques et à l’évolution des modes de vie, les services à la personne se sont fortement développés ces dernières années. Ils sont devenus un secteur de poids dans l’économie belge, innovant et ancré localement.

Les métiers explorés dans ce site appartiennent au secteur de l’action médico-sociale. Celui-ci a globalement connu une montée en puissance ces dernières années et se positionne désormais au 3ème rang du classement des employeurs en Wallonie. Soulignons une surreprésentation du statut d’ouvrier dans ce secteur (61% contre 37% en moyenne en Wallonie) et une indéniable féminisation des postes de travail.

Fin juin 2010, 60% des emplois du secteur étaient prestés à temps partiel avec une significative prépondérance pour les contrats de courte durée.

Ces emplois sont souvent perçus comme « ouverts », « accessibles », sans exigence de compétences et/ou de qualification et pouvant être occupés par « monsieur ou madame tout le monde ». Il est important de noter que l’exercice de certains d’entre eux requiert néanmoins un diplôme, un titre ou une autorisation. Quels qu’ils soient, la relation humaine est au cœur de ces métiers et une professionnalisation des pratiques est indispensable.

Outre l’exigence de qualification et/ou de compétence, la mobilité constitue un atout fondamental en particulier pour les métiers s’exerçant aux domiciles des personnes. Par exemple, le permis de conduire est ainsi requis 6 fois sur 10 lors du recrutement d’un(e) aide ménager(ère).
Monday the 22nd. Les Métiers de l'Aide aux Personnes
Free Joomla 2.5 templates by New Poker Reviews